Ia ora na !

 

Le zéro pehu, c'est un peu comme un herpès virus : une fois que tu l'as attrappé, il est avec toi pour toujours, parfois réveillé au taquet, parfois en dormance dans ton petit corps, mais une fois ta conscience prise, tu ne la lâche plus. C'est un peu comme une rencontre mystique, une apparition divine, le jour, où pauvre pollueur, tu as vu la lumière (et surtout les quantités faramineuses de déchets générées par ton mode de vie de consommateur non averti) et tu t'es mis à croire que tu pouvais, mieux, que tu devais, à ta petite échelle, rendre le monde un peu meilleur (et surtout moins sale).

Sauf que les bonnes résolutions, c'est un peu comme 'je-ne-dois-pas-manger-de-biscuits-apéro' : tu as beau savoir que ce que tu fais c'est pas bien, ben des fois.. tu es fiu, tu le fais quand même. Zéro volonté (en tout cas en ce qui me concerne).

Comme me dit mon mari : 'c'est ***' ton ZP. 

fiu)

Ben oui, le ZP, c'est un peu plus fiu que de ne pas.

C'est sûr, que de se pointer au supermarché avec ton brave bocal/ta boîte-en-verre-super-lourde sous le bras et de demander gentiment qu'on te mettes ta viande dedans, c'est un peu moins facile que de ne pas. Quand en plus, le zélé employé utilise sous ton nez un sac plastique qu'il remplit de ta nourriture avant de consciencieusement mettre tes saucisses dans ta boîte et jeter le plastique à la poubelle, tu peux te demander pour quoi tu t'acharnes.. Tu as un peu beaucoup l'impression d'être seule contre le reste du monde. 

Quand tu vas te chercher un ma'a vite fait parce que tu n'es pas assez prévoyante pour avoir pensé à te préparer une lunchbox la veille au soir (ou que tu étais pas assez réveillée le matin pour la prendre dans le frigo !) et que tu te retrouves devant l'étalage de milliers de barquettes plastique bien emballées dans du cellophane, avec la petite fourchette en plastique qui va bien (ou piiiire, carrément dans une barquette en polystyrène !) et que tu as vraiment vraiment très envie d'un poisson cru ou d'un sashimi.. et ben c'est pas facile d'appliquer tes normes ZP. Et si en plus tu as décidée d'être respectueuse de l'environnement en mangeant bio, des animaux en mangeant vegan ou sans antibio, de toi-même en mangeant sain, et de ton fenua en mangeant local.. tu risques fort de te retrouver assise par terre à pleurer ta mère la Terre. Alors peut-être que tu vas t'en sortir avec un petit chao pao dans un sac en papier, une petite tourte dans un tout petit bout de cellophane de rien du tout et un pamplemousse pour faire passer tout ça ? Ou peut-être que tu vas faire taire ta conscience (chut ! Tout le monde le fait tous les jours, je peux bien le faire moi aussi de temps en temps, je vais pas sauver le monde à moi toute seule..) et partir en douce avec le sashimi convoité.

Quand tu as décidé de faire toi-même tes produits ménagers pour arrêter d'intoxiquer les poissons (que tu donneras à manger à tes enfants, mais pas trop souvent, pour pas qu'ils aient trop de mercure et pour éviter de vider l'Océan) et que ton linge ne ressort pas tout blanc-par-magie-des-azurants-optiques-mais-encore-avec-des-traces-du-gras/chocolat/mangue etc, quand tu testes différentes recettes trouvées sur le net de liquide vaisselle avec différents ingrédients et qu'on te fait remarquer (avec raison d'ailleurs) que ta nouvelle recette au savon noir ressemble à s'y méprendre à des excréments humains diarrhéiques.. et ben c'est pas tous les jours facile.

Quand tu es tout le temps en train de tester des 'prototypes' de produits de beauté et que tes cheveux ressemblent à une botte de foin roulée dans de la boue (non la solution n'était pas dans les ciseaux..) et ta peau à un rassemblement de volcans en activité, que tes enfants (et ton mari !) te réclament du 'vrai' dentifrice au lieu de ta dernière trouvaille d'écolobobo.. tu peux avoir de vrais moments de désespoir.

Quand le petit dernier pleure en montrant du doigt l'étagère tout là-haut où tu as rangé les couches jetables ('Ecoplanet' mais jetables) alors que tu lui as dégainé la couche lavable, que tu insistes, que tu t'acharnes.. et que tu le retrouves le lendemain baignant dans une marre de pipi et plein de petits boutons rouges.. Ton coeur de mère en veut à ta conscience ZP.

Quand, toute fière tu as passé des heures à fabriquer de jolis mouchoirs (brodés en plus !) pour tes enfants/toi-même/ton tane et que tu as juste pas pensé que, dans la famille, quand on est enrhumé, c'est tous ensemble et c'est pas 3 petits mouchoirs qui vont suffire à éponger ces rivières de morve vert fluo.. et que ton génie te suggère d'utiliser les serviettes de table à la place.. tu n'as juste pas pensé à 'comme c'est agréable d'attraper, toute confiante, une serviette gluante soigneusement re-rangée dans le tiroir de la cuisine par un gnome bien intentionné'..

Quand tu as décidé que tes enfants ne porteraient plus de vêtements fabriqués par des gens en semi-esclavage (pour être polie) à l'autre bout de la planète, qui s'abîment en 2 lavages, et transportés à grand coup de pétrole jusque sur ton île et que tu les acheterais uniquement d'occasion, ou mieux, que tu les leur ferais toi même de tes petites mains (avec du tissu importé ; c'est encore perfectible, mon histoire).. et que du coup ils sont (presque) tous nus parce que tes journées n'ont QUE 24h et que tu as de temps en temps besoin de dormir/lire/manger..

Quand tu es le témoin impuissant des kilotonnes de gaspillage de papier, d'électricité voire même d'intoxication des poissons du lagon à grand coup de produits chimiques dans l'évier sur ton lieu de travail et qu'à part 'suggérer' une façon différente de procéder tu ne peux pas faire grand chose..

Quand tu as encore et toujours oublié d'emmener avec toi un sac de courses et que 'je prends juste un ou deux trucs' se transforme en 'il me faudrait bien un caddie', que tu déploies des trésors de dextérité en empilement pour arriver à tout porter 'Non madame, surtout pas de plastique, merci' et que tu finis forcément par envoyer un truc par terre (le lait ? les oeufs ?)..

Quand tu as décidé de te colorer les cheveux avec une coloration 'végétale' et que 1° c'est plus long, 2° ça sent l'épinard (toujours moins pire que l'ammoniaque) 3° tu as VRAIMENT l'impression, malgré ton bon vouloir, que ça n'a pas marché 4° ton tane te demande, innocemment : 'Quand est-ce tu vas te recolorer les cheveux 'pour de vrai' ?'

 

Tu finis par te poser la question : Et pourquoi tu ferais tout simplement pas comme tout le monde, pour changer un peu ? Arrêter de te torturer l'esprit quand tu fais quelque chose, quand tu achètes un objet.. Est-ce que ça serait pas infiniment plus reposant ? Certainement.

Sauf qu'une fois que tu as commencé à te demander 'Et pouquoi ?' à chacune ou presque de tes actions, tu ne peux plus t'arrêter. C'est comme mourir un petit peu ; s'enksyter dans une flemme, une fiu attitude permanente. Une de mes définitions de 'être adulte', vient du monde de Sophie : être sûr de ce que tu sais sans rien jamais remettre en question. Convaincu(e). Pas besoin d'essayer de trouver de nouvelles perspectives, bien au chaud dans les poils du lapin.

C'est sûr, ça doit être moins fatiguant. Mais aussi moins stimulant.

 

Et puis en fait.. la bonne nouvelle : tu es pas tout seul à avoir une conscience. 

Quand ce que tu écris inspire les gens que tu connais, et aussi ceux que tu connais moins, ou pas du tout, à l'autre bout de la planète : merci cet outil magique qu'est internet !

Quand tu finis par reprendre calmement tes idées coutures, que tu te fais aider par les merveilleuses explications d'une bloggeuse magique et que 'oh miracle !' tu finis par arriver à faire un patron de pantalon qui s'adapte tout pile à ta morphologie, ni trop lâche ni trop ajusté, juste comme tu voulais, et que tu vas pouvoir le décliner dans toutes tes idées et t'éviter d'acheter le short/bermuda/pantalon d'une marque de M** qui exploite la misère des Bangladeshi et qui vont s'abîmer en 2 lavages.. c'est cooooool. (Après tu te demandes bien d'où vient/comment est fabriqué le tissu que tu achètes ??)

Quand tu as déniché une magnifique petite robe qui te va drôlement bien au dépôt-vente pour 3 fois rien !

Quand tes nouvelles brosses à dents en bambou compostables sont bien plus efficaces et de meilleure qualité que celle du supermarché.. et que tes enfants trouvent que le 'vrai' dentifrice.. ça pique (aussi) !

Quand une dame te regardes avec des yeux ronds au supermaché : 'mais c'est une idée géniale, ces bocaux/boîtes à faire directement remplir !'

Quand plusieurs personnes te félicitent d'avoir pensé à emmener tes gobelets en métal à la roulotte/dans l'avion/en pique-nique (ça fait une moyenne avec les fois où tu as oublié !)

Quand tu commences à rencontrer des gens comme toi !

Quand ta petite soeur se mets à la slow cosmétique maison, ton petit frère à l'AMAP et que ton père commence même à envisager de trier ses déchets !

Tous ces petits coup de boost remontent le moral et te font dire : allez on y retourne !

 Nana !